De la « cuculisation » et de la réification en milieu scolaire … ou l’impossibilité de penser à un projet commun.

  De la « cuculisation(1) » et de la réification en milieu scolaire … ou l’impossibilité de penser à un projet commun. « – Ce sont les cerveaux les plus solides de la capitale. Aucun d’eux n’a une seule idée personnelle et si le cas venait à se présenter, je chasserais aussitôt ladite pensée ou son penseur. Ce sont des imbéciles tout à fait inoffensifs, ils n’enseignent que ce qu’il y a dans les programmes. Vraiment, ils n’ont et ne peuvent avoir aucune pensée personnelle. […] C’est seulement à l’aide d’un personnel adéquat que nous pourrons faire retomber le monde entier en enfance » (Gombrowicz – Ferdydurke) La tête entre l’enclume et le marteau et le coup de pied au « cucul », l’enseignant se demande bien quoi faire. A lire de temps à autres les publications sur les réseaux sociaux des « Stylos rouges » (mouvement de protestation des enseignants qui s’est constitué sur Facebook) en […]

Loi Blanquer, communiqué du collectif Lettres vives

La loi pour une école de la confiance votée par l’Assemblée ce mardi 19 février 2019, malgré la levée de boucliers de cinq organisations syndicales enseignantes, n’avait pas à l’origine de colonne vertébrale et ressemble au final, après de très nombreux amendements, à un effrayant « fourre-tout ». Cependant des perspectives, qui nous semblent hélas familières, se laissent deviner : – la recherche désespérée d’économies d’échelle aux dépens des familles et de la communauté éducative, comme dans d’autres services publics (la santé ou la justice) ; – un feuilletage hiérarchique plus complexe au niveau des EPSF(1) nouvellement créés, dotés d’une gouvernance plus rigide, menée en commission permanente plus qu’en conseil d’administration, où siège pourtant l’intégralité des représentants des personnels ; – une vision toujours plus crispée et crispante de l’identité nationale (les drapeaux, la Marseillaise dans les classes) ; – les tentatives d’intimidation des personnels dans leur liberté d’expression ; – le financement des école privées par contrecoup […]

Le lycée dans la spirale

M Blanquer est un très bon connaisseur du lycée, sans doute plus que de l’élémentaire. Il en maitrise au millimètre les habitus, les fonctionnements, les enjeux cachés, les impensés. Aussi mène-t-il sa réforme avec une habileté infinie et un art machiavélique consommé. Ce serait admirable dans une pièce de Shakespeare, mais ça engage tant de choses. Ceci dit, pour peu qu’on soit un peu habitué à ce type d’établissement, quand on essaie de trouver une cohérence à l’ensemble, on la trouve et on en frémit. Il s’agit ni plus ni moins de faire du lycée un centre de tri systématique des élèves, avec pour objectif, in fine, un processus de reproduction sociale parfaitement assumé, dans la droite ligne du surmoi napoléonien de ces établissements, dont on n’arrive décidément pas à se débarrasser. Ça passe par deux démarches : à l’extérieur, un processus quasi orwellien de désexplicitation, si on me permet le […]

Le plan de travail , une des réponses possibles à l’hétérogénéité (pédagogie Freinet)

Que ce soit les enseignant·es, les familles ou les personnels de direction, on entend souvent régulièrement l’hétérogénéité des classes accusée d’être responsable d’une baisse du niveau et des exigences (ce fameux « nivellement par le bas » que les discours catastrophistes sur l’école invoquent à grands cris). L’hétérogénéité, qu’est-ce que c’est ? – des profils d’élèves différents, dans leur manière d’apprendre, dans leurs attitudes ; – des savoirs et des compétences hétérogènes ; – une maîtrise de la langue française inégale ; – ou encore un bagage culturel différent. Les difficultés que cela pose : Ces différences de besoins et de compétences entre les élèves, parfois très grandes, constituent évidemment une difficulté pour les enseignant·es, surtout lorsque les classes comptent 25 à 35 élèves : comment accompagner chacun·e sur un parcours de réussite lorsque nous n’avons que quelques heures par semaine (quelques minutes par élève !) à leur consacrer ? Comment répondre aux besoins de chacun·e, que ce soit l’élève […]

Revue de presse Lettres vives

Actu Lettres vives Samedi 9 février Intervention de Mathieu pour le collectif LV à la rencontre sur les programmes Questions de classe(s) avec Laurence de Cock (coll. Aggiornamento, Irène Pereira, réseau des pédagogies radicales, Paul Devin) à ne pas manquer !!! À écouter… Le temps des écrivains « Pierre Bayard et Stéphane Malandrin ou les dévoreurs de livres » LA COMPAGNIE DES AUTEURS.  Des femmes de lettres oubliées au Festival international des écrits de femmes : Ces femmes oubliées de l’histoire littéraire   Astérix a 60 ans : “Il y a une critique des auteurs contre le chauvinisme des villageois” « Dans un premier temps, Astérix est le héros français, figure du français moyen. Mais il y a toute une lecture au second degré et l’imagerie patriotique en prend très largement pour son grade. Il y a une critique des auteurs contre le chauvinisme des villageois, leur ethnocentrisme. L’une des figures de ce […]

Enseigner et tenir un journal de bord (2)

Face à l’urgence du quotidien et à la pression incessante des injonctions venant de tous les côtés, le journal de bord, ou journal pédagogique, constitue selon nous un levier de réflexion, de prise de recul et de d’évolution professionnelle et personnelle puissant, que chacun·e, nous pratiquons de manière différente. C’est pourquoi nous avons choisi de le présenter à travers plusieurs articles constitués de réflexions théoriques, de récits d’écriture, de prises de distance également. Premier article : présentation théorique Voici le second article, constitué de récits d’écriture livrés par plusieurs collègues, et de réflexions sur ce qu’apporte la pratique du journal de bord. « Cela me permet de construire une représentation du réel plus efficace pour agir ». (Magda) « J’écris dans mon journal pédagogique parfois de manière libre et spontanée, parfois en prenant appui sur les points de ma fiche-repères. J’y consigne mes impression, mes sentiments, des faits marquants, mes interrogations, mes doutes, […]

Enseigner et tenir un journal de bord

Face à l’urgence du quotidien et à la pression incessante des injonctions venant de tous les côtés, le journal de bord, ou journal pédagogique, constitue selon nous un levier de réflexion, de prise de recul et de d’évolution professionnelle et personnelle puissant, que chacun·e, nous pratiquons de manière différente. C’est pourquoi nous avons choisi de le présenter à travers plusieurs articles constitués de réflexions théoriques, de récits d’écriture, de prises de distance également. Ces textes peuvent être collectifs ou non. Voici le premier d’entre eux. Il vise à présenter le journal pédagogique (ou journal de bord) et à expliquer en quoi il peut nous aider à surmonter la frustration ou le sentiment d’impuissance que nous avons tout·tes déjà ressentis face à certaines situations en classe ou dans nos établissements. Le journal pédagogique : un outil d’autoformation permanente Je me suis inspirée du journal institutionnel impliqué, « une technique ethnographique de […]

Revue de presse Lettres vives

Une petite revue de ce qui se lit, s’écoute, se regarde… et qui concerne l’enseignement des lettres… et au-delà ! Du côté du collectif Lettres vives – Le collectif Lettres vives participera à la conférence sur les programmes scolaires organisée par le collectif Questions de classe(s) le samedi 9 février de 18 h à 19 h 30 au Cicp, 21ter rue Voltaire à Paris. Entrée libre et gratuite… Les membres du collectif Lettres vives publient : – Catherine Chabrun, sur son blog, revient sur les 100 ans des Droits de l’enfant  1919 : l’ouvrage de Janusz Korczak Comment aimer un enfant est publié 2019 : la Convention internationale des droits de l’enfant a 30 ans Toute la vie et la pensée de Korczak ont été vouées à l’enfant, à sa protection, à sa dignité, à ses droits. En 1924, la SDN adopte la Déclaration de Genève. Le texte reconnaît l’existence de droits spécifiques […]

À propos de la vidéo de Mantes-la-Jolie « Ne se mettre à genoux que pour cueillir une fleur » J. Prévert

  Un peu partout en France, dans les nombreuses manifestations lycéennes, des jeunes se sont mis à genoux, mains derrière la tête, en solidarité avec les 152 interpellé·e·s de Mantes-la-Jolie. « Voilà une classe qui se tient sage. On va faire voir ça à leurs profs », peut-on entendre dans la fameuse vidéo tournée par un policier et qui est devenue le symbole de la répression de la jeunesse en lutte.   Pourtant, les images tournées ne montrent pas tout, à commencer par le fait que les jeunes sont restés au moins deux heures dans cette position avant d’être transportés dans des commissariats à plusieurs dizaines de kilomètres, au mépris parfois des procédures légales. Elles ne disent pas non plus que ces lycéens et lycéennes portent des revendications légitimes, à commencer par le droit à la même éducation, partout et pour tous et toutes, mais aussi le droit de s’exprimer, […]

AFEF : Lycéens, quelle confiance ?

Quand les actes démentent les paroles ! Les lycéens se révoltent, ils sont humiliés. Peuvent-ils avoir confiance ? Non, Monsieur le ministre, vous ne pouvez pas accuser les médias d’avoir créé de fausses nouvelles, les images des lycéens agenouillés ou visés par des policiers ne sont pas inventées. Vous parlez de confiance et de bienveillance, et vous ne répondez aux lycéens qu’en augmentant le déploiement sécuritaire. Vous parlez de dialogue et de démocratie, mais vous faites passer en accéléré et en force les réformes des lycées général et professionnel, ainsi que les programmes d’enseignement, hors du délai légal.   Les lycéens manifestent, ils n’y ont pas été poussés par un complot de fausses nouvelles. Ils exercent leurs droits de citoyens et ils ont raison. Quelques casseurs ont infiltré leurs rangs et provoqué des violences, mais la réponse par l’humiliation et la peur de 130 lycéens était-elle proportionnée ? Vous vous […]