1ère rencontre du collectif!

Le samedi 4 mai, à Paris, les membres du collectif Lettres vives organisent leur première rencontre pour construire, ensemble, des pistes de travail en faveur d’un autre enseignement des Lettres. – Enseigner le français, pour quoi faire? – Quelles pratiques émancipatrices de la littérature, de l’écriture? – Quels usages et quel enseignement de la langue? Quels rapports entre les élèves et les pratiques langagières? – Quelle part de liberté pour les élèves, dans le choix des savoirs et objets d’études, dans les modalités de travail, mais aussi dans l’espace classe, dans leur établissement? – Quels positionnements face aux réformes Blanquer? Comment subvertir des programmes rétrogrades qui réduisent à littérature et l’enseignement des Lettres à quelques grands noms et principes? Ces échanges seront fondés sur nos pratiques, notre expertise pédagogique, mais également nos lectures, nos recherches et les études touchant à l’enseignement des Lettres, à la littérature, à la linguistique…   […]

De l’émancipation

Un an après la naissance du collectif Lettres Vives, nous tombons tous à peu près d’accord sur la question qui nous rassemble (la question, pas l’affirmation) : comment l’enseignement du français peut-il apporter sa pierre à l’émancipation des élèves et nourrir leur autonomie ? Cette question a rencontré des interrogations proches, notamment la publication récente d’un ouvrage important : Les Pédagogies critiques, dirigé par Laurence de Cock et Irène Pereira, aux éditions Agone. Citons Irène Pereira, qui explique, dans Le Café Pédagogique, les questions concernées par cette pédagogie : « Tout ce qui concerne les inégalités sociales, environnementales, les discriminations. Par exemple c’est l’éco-pédagogie : un courant qui s’intéresse à la question de la conscientisation des questions écologiques en essayant de développer chez les élèves une conscience planétaire. Dans les pays scandinaves on voit se développer des pédagogies critiques des normes : elles interrogent les normes dominantes par exemple l’hétérosexualité, le validisme (un corps valide […]

Libre arbitre

Le libre arbitre existe-t-il ? Cette question métaphysique est clairement hors de ma portée. Mais s’il existait on pourrait se demander quel rôle l’éducation peut jouer dans le libre arbitre. On peut définir le libre arbitre comme l’exercice intérieur d’un libre examen qui permettrait d’agir selon sa propre volonté et d’assumer pleinement la responsabilité morale voire juridique de ses actes. Que son existence soit ou non démontrée, il est postulé par la justice à partir d’un certain âge qui varie selon les cultures et les lois, ce qui fait qu’à l’inverse de l’adulte majeur, l’enfant en est jugé dépourvu. L’éducation qui s’occupe d’accompagner les enfants vers l’âge adulte joue donc un rôle dans le développement d’un éventuel libre-arbitre. Selon O. Reboul l’éducation des enfants doit prendre «  la liberté pour fin » et ainsi donner « aux éduqués le pouvoir de se passer des maîtres, de poursuive par eux-mêmes leur propre éducation, […]

En Vendée, des professeur·es de Lettres protestent contre la réforme des lycées

Protestation des enseignants de français dans les lycées de Vendée contre la réforme des lycées La réforme annoncée suscite des réactions qui se fédèrent pour exprimer avec force notre protestation. Nous refusons une réforme de l’enseignement du français qui imposerait aux enseignants et aux élèves : Une réforme précipitée: Les enseignants ignorent encore la nature des épreuves, et les élèves actuellement en seconde n’ont pas été préparés aux nouvelles modalités de l’examen. Aucune consultation effective n’a été faite pour tenir compte de l’avis des enseignants. Un programme surchargé: Huit œuvres classiques par an, alors que nous nous heurtons de plus en plus à une lecture très difficile d’œuvres intégrales. Une charge de travail excessive avec le renouvellement de quatre œuvres par an. Un programme classique imposé Il empêche de bénéficier des opportunités offertes par les partenaires culturels locaux. Il entrave les projets, les activités diversifiées qui s’appuient sur la lecture et […]

De la « cuculisation » et de la réification en milieu scolaire … ou l’impossibilité de penser à un projet commun.

  De la « cuculisation(1) » et de la réification en milieu scolaire … ou l’impossibilité de penser à un projet commun. « – Ce sont les cerveaux les plus solides de la capitale. Aucun d’eux n’a une seule idée personnelle et si le cas venait à se présenter, je chasserais aussitôt ladite pensée ou son penseur. Ce sont des imbéciles tout à fait inoffensifs, ils n’enseignent que ce qu’il y a dans les programmes. Vraiment, ils n’ont et ne peuvent avoir aucune pensée personnelle. […] C’est seulement à l’aide d’un personnel adéquat que nous pourrons faire retomber le monde entier en enfance » (Gombrowicz – Ferdydurke) La tête entre l’enclume et le marteau et le coup de pied au « cucul », l’enseignant se demande bien quoi faire. A lire de temps à autres les publications sur les réseaux sociaux des « Stylos rouges » (mouvement de protestation des enseignants qui s’est constitué sur Facebook) en […]

Loi Blanquer, communiqué du collectif Lettres vives

La loi pour une école de la confiance votée par l’Assemblée ce mardi 19 février 2019, malgré la levée de boucliers de cinq organisations syndicales enseignantes, n’avait pas à l’origine de colonne vertébrale et ressemble au final, après de très nombreux amendements, à un effrayant « fourre-tout ». Cependant des perspectives, qui nous semblent hélas familières, se laissent deviner : – la recherche désespérée d’économies d’échelle aux dépens des familles et de la communauté éducative, comme dans d’autres services publics (la santé ou la justice) ; – un feuilletage hiérarchique plus complexe au niveau des EPSF(1) nouvellement créés, dotés d’une gouvernance plus rigide, menée en commission permanente plus qu’en conseil d’administration, où siège pourtant l’intégralité des représentants des personnels ; – une vision toujours plus crispée et crispante de l’identité nationale (les drapeaux, la Marseillaise dans les classes) ; – les tentatives d’intimidation des personnels dans leur liberté d’expression ; – le financement des école privées par contrecoup […]

Le lycée dans la spirale

M Blanquer est un très bon connaisseur du lycée, sans doute plus que de l’élémentaire. Il en maitrise au millimètre les habitus, les fonctionnements, les enjeux cachés, les impensés. Aussi mène-t-il sa réforme avec une habileté infinie et un art machiavélique consommé. Ce serait admirable dans une pièce de Shakespeare, mais ça engage tant de choses. Ceci dit, pour peu qu’on soit un peu habitué à ce type d’établissement, quand on essaie de trouver une cohérence à l’ensemble, on la trouve et on en frémit. Il s’agit ni plus ni moins de faire du lycée un centre de tri systématique des élèves, avec pour objectif, in fine, un processus de reproduction sociale parfaitement assumé, dans la droite ligne du surmoi napoléonien de ces établissements, dont on n’arrive décidément pas à se débarrasser. Ça passe par deux démarches : à l’extérieur, un processus quasi orwellien de désexplicitation, si on me permet le […]

Le plan de travail , une des réponses possibles à l’hétérogénéité (pédagogie Freinet)

Que ce soit les enseignant·es, les familles ou les personnels de direction, on entend souvent régulièrement l’hétérogénéité des classes accusée d’être responsable d’une baisse du niveau et des exigences (ce fameux « nivellement par le bas » que les discours catastrophistes sur l’école invoquent à grands cris). L’hétérogénéité, qu’est-ce que c’est ? – des profils d’élèves différents, dans leur manière d’apprendre, dans leurs attitudes ; – des savoirs et des compétences hétérogènes ; – une maîtrise de la langue française inégale ; – ou encore un bagage culturel différent. Les difficultés que cela pose : Ces différences de besoins et de compétences entre les élèves, parfois très grandes, constituent évidemment une difficulté pour les enseignant·es, surtout lorsque les classes comptent 25 à 35 élèves : comment accompagner chacun·e sur un parcours de réussite lorsque nous n’avons que quelques heures par semaine (quelques minutes par élève !) à leur consacrer ? Comment répondre aux besoins de chacun·e, que ce soit l’élève […]

Revue de presse Lettres vives

Actu Lettres vives Samedi 9 février Intervention de Mathieu pour le collectif LV à la rencontre sur les programmes Questions de classe(s) avec Laurence de Cock (coll. Aggiornamento, Irène Pereira, réseau des pédagogies radicales, Paul Devin) à ne pas manquer !!! À écouter… Le temps des écrivains « Pierre Bayard et Stéphane Malandrin ou les dévoreurs de livres » LA COMPAGNIE DES AUTEURS.  Des femmes de lettres oubliées au Festival international des écrits de femmes : Ces femmes oubliées de l’histoire littéraire   Astérix a 60 ans : “Il y a une critique des auteurs contre le chauvinisme des villageois” « Dans un premier temps, Astérix est le héros français, figure du français moyen. Mais il y a toute une lecture au second degré et l’imagerie patriotique en prend très largement pour son grade. Il y a une critique des auteurs contre le chauvinisme des villageois, leur ethnocentrisme. L’une des figures de ce […]

Enseigner et tenir un journal de bord (2)

Face à l’urgence du quotidien et à la pression incessante des injonctions venant de tous les côtés, le journal de bord, ou journal pédagogique, constitue selon nous un levier de réflexion, de prise de recul et de d’évolution professionnelle et personnelle puissant, que chacun·e, nous pratiquons de manière différente. C’est pourquoi nous avons choisi de le présenter à travers plusieurs articles constitués de réflexions théoriques, de récits d’écriture, de prises de distance également. Premier article : présentation théorique Voici le second article, constitué de récits d’écriture livrés par plusieurs collègues, et de réflexions sur ce qu’apporte la pratique du journal de bord. « Cela me permet de construire une représentation du réel plus efficace pour agir ». (Magda) « J’écris dans mon journal pédagogique parfois de manière libre et spontanée, parfois en prenant appui sur les points de ma fiche-repères. J’y consigne mes impression, mes sentiments, des faits marquants, mes interrogations, mes doutes, […]