Élitiste, maximaliste et dogmatique

Le texte qui suit relate une anecdote à laquelle j’ai été confronté il y a déjà longtemps, mais qui, au vu des discours tenus ici et là, et jusqu’au ministère, sur « la dictée », me parait pouvoir contribuer à la réflexion sur ce sujet. L’académie où je travaillais alors organisait annuellement un championnat d’orthographe, réservé aux élèves, dont je dénonçais le caractère de compétition-spectacle. Cette année-là, le texte choisi m’a offert d’autres arguments pour protester auprès des autorités académiques … A.C. « Il viendra bien, le temps où disparaîtront la notion de “faute” et le zéro en orthographe… » Nina Catach, L’orthographe française, Nathan, 1986  Pour ce championnat académique d’orthographe, une première dictée devait sélectionner parmi les élèves de l’académie ceux qui seraient admis à participer aux épreuves du championnat proprement dit. Le texte choisi était intitulé Les enchantements de la mémoire et accompagné de la mention : « d’après Antoine de Saint-Exupéry ». Pour les élèves […]

Engagement… [Paroles d’élèves, pratiques de profs]

Chaque année, en reprenant les différents programmes de mes classes, je fais le même constat. Le programme de 3e est pesant, tragique. Que ce soit en français ou en histoire. Les « guerres totales », les totalitarismes, « les génocides », le devoir de mémoire, l’engagement sont autant de thèmes et d’orientation qui s’éparpillent sur toute l’année de 3e, et qui peuvent parfois rendre l’atmosphère écrasante, et creuser un fossé entre le quotidien des élèves et les notions présentées par les enseignants. Je ne dis évidemment pas que ce ne sont pas des sujets et des périodes à aborder. Mais il est fréquent de nous entendre nous, enseignant.e.s, déplorer le manque d’intérêt des élèves, le fait qu’ils ne se sentent pas « concernés », ou nous offusquer qu’ils ne connaissent pas tel fait ou tel personnage pourtant « incontournable » dans l’histoire française, voire mondiale. Connaître l’histoire, mais pour quoi faire ? Pour en connaître la chronologie, pour en […]